L’archaïque contemporain

Figures de l'art n°19

Revue d’études esthétiques

Textes réunis par DOMINIQUE CLÉVENOT

Accoler les termes d'"archaïque" et de "contemporain" semble à première vue relever de l'oxymore. Si la notion d'archaïque évoque d'emblée un temps premier, ou originaire, la contemporanéité est généralement pensée comme se situant dans la proximité immédiate du futur. Cependant, contrairement à l'"archaïsme", qui véhicule l'idée d'une forme fossilisée du passé, c'est-à-dire une forme morte,l'"archaïque" dont il sera ici question doit être compris comme une notion qui échappe à la simple chronologie linéaire, comme une dimension du temps qui est à même de se manifester à tout moment, en d'autres termes, comme une dimension, toujours active, du présent. "L'origine est un tourbillon dans le fleuve du devenir", disait Benjamin. C'est dans le champ de l'art que cette question est posée. Peut-on voir dans certains aspects des pratiques artistiques contemporaines la présence de cet archaïque transhistorique ? Peut-on par exemple reconnaître celle-ci dans la tendance de l'art des années 60/70 à réduire le langage plastique à ses constituants élémentaires ou dans la récurrence de figures archétypales : carrés, cercles, labyrinthe, etc. ? En discerne-t-on les effets dans la primauté fréquemment accordée aux matériaux bruts ou naturels, tout comme dans le recours à des gestes techniques rudimentaires ? Cette présence de l'archaïque se manifeste-t-elle dans une relation à la nature qui, par certains aspects, semble parfois actualiser la croyance en une continuité spirituelle entre l'homme et son environnement ? De même, les pratiques sur le corps ou son image, qui mettent en jeu les pulsions qui le traversent, renvoient-elles, sur un mode différent, à cette même notion ? Si ces manifestations de l'archaïque sont particulièrement perceptibles dans nombre de pratiques artistiques des dernières décennies du XXe siècle, qu'en est-il aujourd'hui, à l'heure des nouvelles technologies ? Mais tout aussi bien, la question ne saurait se limiter au domaine des "arts plastiques" au sens étroit du terme. D'autres formes d'expressions méritent de retenir l'attention, comme l'architecture, les arts de la scène, la musique, voire certaines pratiques actuelles du corps telles que tatouages "tribaux", piercings et autres labrets.

Parallèlement à ces "études de cas", il convient aussi d'interroger la notion d'archaïque telle qu'elle se spécifie dans les divers champs disciplinaires où elle apparaît, comme l'histoire de l'art, l'esthétique, l'anthropologie ou la psychanalyse. Cette enquête pluridisciplinaire permet de mieux comprendre les relations complexes qui se jouent aujourd'hui entre actualité et résurgences ou survivances, de donner un sens aux apparents anachronismes ou disjonctions, ainsi qu'aux multiples formes de tissages des temporalités.

Textes de : Isabelle Alzieu, Claude Amey, Jean Arnaud, Jean Arrouye, Christine Buignet, Francesca Caruana, Dominique Clévenot, Brigitte Derlon, Fabiren Faure, Brice Genre, Michel Guérin, Frédéric Guerrin, Monique Jeudy-Baldini, Bernard Lafargue, Patrick Lhot, Nadine Martinez, Sopkie Mijolla-Mellor, Khalil M'rabet, Michel Perrin, Cathy Souladié, Sabÿn Soulard, Emma Viguier.


Responsable technique/administratif
Brigitte CUPERTINO

contact@presses-univ-pau.fr
Tél. : 05 59 40 79 15

PUPPA
Institut Claude Laugénie
Domaine universitaire
Avenue du Doyen Poplawski
64000 PAU


Règlement par chèque ou virement bancaire (Téléchargez notre RIB).

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires Vous pouvez consulter les Conditions Générales de Vente complètes ou nous contacter par e-mail ou téléphone.


Pour des achats en lots vous pouvez bénéficier d’une remise des frais de transport.

Merci dans ce cas de nous contacter par e-mail à l'adresse suivante : contact@presses-univ-pau.fr